Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

COHEN, Joseph, Jacob

Né en 1878 en Russie — mort le 28 septembre 1953 — Ouvrier cigarier — Philadelphie (Pennsylvanie), New York, Stelton, Alicia (Michigan) — Seattle (Washington)
Article mis en ligne le 22 janvier 2007
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Après des études théologiques pour devenir rabbin et après avoir lu “L’an 2000” de Bellamy, Joseph J. Cohen était devenu anarchiste. Au cours de son service militaire, de 1898 à 1902, il parvenait à fonder un groupe anarchiste au sein même de l’armée tsariste.

En 1903 il émigrait aux États-Unis, d’abord à Phliladelphie où il s’intégrait au groupe de Hyman Weinberg et travaillait comme rouleur de cigares. Il participait ensuite aux activités de la Radical Library dont il allait être le responsable pendant dix années. Le groupe Radical Library avait été fondé vers 1895 par Voltainine de Cleyre qui fut le professeur d’anglais de Cohen.

En 1911 il était l’un des fondateurs avec Leonard Abbott, Harry Kelly et Hippolyte Havel du centre éducatif Ferrer de New York puis en 1915 s’intallait avec le centre à Stelton. Le 2 février 1915 il était l’un des signataires du Manifeste des 35 contre la guerre.

Entré en 1919 à la rédaction du journal yiddish anarchiste Fraye Arbeter Shtime fondé en 1890, il allait en devenir le directeur de 1923 à 1932. En 1926 ou 1927, à une envoyée des autorités bolchéviques venue le voir au siège du journal, Canal Street, pour lui demander de cesser les critiques du bolchévisme, il avait répondu “Rien à foutre” avant de la mettre à la porter.

En 1932 il participait à la colonie de vacances Germinal, destinée aux enfants de libertaires et fondée par sa fille Emma Cohen Gilbert, et fut de 1933 à 1938 l’un des animateurs de la coopérative anarchiste Sunrise située à Alicia dans la vallée de Saginaw (Michigan). Il retournait ensuite à la Colonie Ferrer. Sa compagne, Sophie Cohen, décédait en novembre 1944 à Washington. Il allait séjourner par la suite à la colonie Le Foyer de Seattle.

Après un séjour au Mexique, il était en 1946 à Paris où il allait diriger pendant quelques années la Revue anarchiste yiddish Der Fraye Gedank. Puis il allait visiter Israel, l’Espagne, la Suisse, l’Allemagne, la Tchécoslovaquie avant de retourner en 1952 aux États-Unis où il décédait le 28 septembre 1953.

Les archives de Joseph Cohen concernant la coopérative Sunrise ont été déposées au Fonds Labadie de l’Université du Michigan.

Oeuvre : — Di Yiddish-anarchistische Bavegung in Amerike (1945) ; — In quest of heaven : the story of the Sunrise co-operative farm community (1957).


Dans la même rubrique

COLL MULET, José

le 17 juillet 2024
par R.D.

COLLADO, Agapito

le 17 juillet 2024
par R.D.

COLLARDO, Santiago, Eusebio, Abdon « JACQUES »

le 17 juillet 2024
par R.D. ,
Thierry Bertrand

COLLICANTONI, Enrico

le 17 juillet 2024
par R.D.

COLVILLE

le 20 mai 2024
par R.D.