Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

BERGER, Gustave, Louis

Né en 1911 à Lausanne — mort en 1999 — Conducteur de machines — LAB — Genève (Suisse) — Espagne
Article mis en ligne le 30 mai 2011
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.

Membre du comité du syndicat du bâtiment de la Fédération des ouvriers du bois et du bâtiment (FOBB), Gustave Berger était égelement membre de la Ligue d’action du bâtiment (LAB) et du groupe Le réveil de Genève. Il fut blessé le 9 novembre 1932 lorsque la troupe avait tiré contre une manifestation antifasciste (voir Bösiger). En février 1936 il fut condamné à 15 jours de prison suite à une action de démolition de taudis menée par la LAB. En novembre 1936 il partit comme volontaire en Espagne et s’enrôla dans les Brigades Internationales. Après les évènements de mai 1937, il se refugia en France. Rentré en Suisse en 1939, il fut condamné par un tribunal militaire. Il resta ensuite actif au syndicat FOBB dirigé par Lucien Tronchet.
Il refusa par la suite de participer à des commémorations organisées par les anciens brigadistes, ceux ci taisant la participation des volontaires non communistes.

Gustave Berger est mort à Genève en 1999.


Dans la même rubrique

BERNARDI, Marcello

le 19 juin 2024
par R.D.

BETTO, Mario « SPARTACO »

le 21 février 2024
par R.D.

BERGER, Pierre

le 2 février 2024
par R.D.

BERTRAM, Franz

le 28 janvier 2024
par R.D.

BERROCAL MARTIN, Juliana

le 10 janvier 2024
par R.D.