Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

CIANCHI (ou CIANCI), Francesco

Né le 20 septembre 1885 à San Marco Argentano (Calabre) — Ouvrier lithographe ; chauffeur — Italie — Sao Paolo
Article mis en ligne le 22 septembre 2019
dernière modification le 12 juillet 2024

par R.D.
Francesco Cianchi

Francesco Cianchi (orthographié aussi Cianci) avait émigré en août 1913 au Brésil où il s’était installé à São Paulo où il fut fiché dès son arrivée comme anarchiste. En 1913-1914 il collaborait au bi-mensuel La Propaganda libertaria. Très actif dans le mouvement anarcho syndicaliste, il fit partie en 1916-1917 de la rédaction de Guerra Sociale dont le directeur était Luigi Damiani. Il collaborait également à A Voz do Trabalhador et à partir de 1917 régulièrement dans A Plebe.

Lors du mouvement de grève générale de juillet 1917 à São Paulo il avait été membre du Comité de défense du prolétariat aux cotés de Luigi Damaini, Antonio Duarte Candeias, Rodolfo Felipe, Teodoro Municelli et Edgar Leuenroth. Il fut également partie du comité qui négocia les accords avec le patronat.

Dans les années 1930 il était le secrétaire de l’Union des professionnels du volant et était l’un des plus actifs membres de la Fédération ouvrière de São Paulo (FOSP). Parallèlement il donnait de nombreuses conférences sur l’histoire du mouvement ouvrier international, collaborait à A Plebe et à O Trabalho.
Après la prise du pouvoir des fascistes en Italie, il continua de lutte contre le fascisme à Sao Paolo et fut notamment membre du Comité libertaire pour les enfants d’emprisonnés politiques en Italie. En octobre 1935 il republiait en tant qu’éditeur Guerra Sociale ce qui lui valut d’être poursuivi par la dictature fasciste de Getulio Vargas.
Le 4 mai 1937, il fut arrêté et accusé d’avoir diffusé 300 exemplaires de L’Adunata dei Reffratari et d’avoir collecté de l’argent pour le Comité pour ls enfants d’emprisonnés. A partir de cette date, on perd la trace de Francesco Cianchi.


Dans la même rubrique

CINA SAUDER, Pierre

le 7 avril 2024
par R.D.

CIOCI, Michele

le 3 septembre 2023
par R.D.

CID, Felipe

le 9 janvier 2023
par R.D.

CIUTAT, Pedro

le 30 août 2021
par R.D.

CISAR, J.

le 30 août 2021
par R.D.