Dictionnaire international des militants anarchistes
Slogan du site

Y’en a pas un sur cent… et pourtant des milliers d’hommes et de femmes de par le monde, souvent persécutés, embastillés, goulagisés et parfois au prix de leurs vies, ont poursuivi leur chevauchée anonyme à la recherche d’un impossible rêve : un monde sans dieux ni maîtres.

CALAME, Henri

Graveur — Genève — Lyon (Rhône)
Article mis en ligne le 19 février 2016
dernière modification le 23 juillet 2024

par ps

En 1893 Henri Calame figurait sur une liste d’anarchistes étrangers résidant à Lyon, 64 rue Rabelais. Le 30 décembre 1893 il fut arrêté pour infraction à un arrêté d’expulsion datant du 30 mars 1888 : il avait été condamné à Paris le 15 mars à 3 mois de prison pour “tentative de vol”. Les compagnons Vacherot et Chevallier qui dormaient à son domicile avaient également été arrêtés. Condamné à 1 mois de prison, il fut ensuite expulsé.

Il fut hébergé — rue Boileau à Paris ou à Lyon ? — par le compagnon Raoul Chambon.

En 1903 il résidait 63 Boulevard de Saint-Georges et s’occupait notamment de recueillir des fonds pour le journal L’Aube nouvelle publié à Saint-Claude (Jura) par P. Dumas.

Il fut par la suite l’un des collaborateurs — avec notamment Henri-Louis Truan, C. Berruti, C. Colombo, J. Rodoz, A. Gaito, A. Calvino, M. Graglia, G. Zanotti, J. Gay, Louis Tarrale, R. Emma, Antonio Curri — de L’azione anarchica — L’action anarchiste (Genève, 4 numéros du 14 avril au 26 juillet 1906) qui, en opposition au Réveil de Bertoni, défendait des conceptions anti-syndicalistes.


Dans la même rubrique